utilitaire semi conducteur

Céline Faivre

mercredi 28 avril 2021

Pénurie de semi-conducteurs : les effets sur le marché utilitaire

Créés à partir de terres rares, les semi-conducteurs sont présents dans de nombreux appareils électroniques, dont les systèmes sur écran tactile des véhicules utilitaires. Face à la pénurie de ces semi-conducteurs, comment le marché de l’utilitaire va-t-il se porter ?

Pourquoi utilise-t-on des semi-conducteurs ?

Ils font partie de notre quotidien. Nous les retrouvons dans tout ce qui est high-tech. Les semi-conducteurs sont des circuits intégrés micro ou nano électroniques créés à partir de terres rares (au nombre de 17 dans le tableau périodique des éléments chimiques) tel que le silicium grâce à ses propriétés chimiques et électromagnétiques. 

On le dit “semi-conducteur” car il ne conduit l’électricité que si ses électrons sont assez excités par l’agitation thermique. Ces composants électroniques permettent de faire circuler des informations dans leurs circuits. Et sont présents partout dans notre quotidien. Qu’il s’agisse de jeux vidéo, d’informatique, d’électroménager ou d’automobile, on les retrouve à tous les niveaux.

Dans vos véhicules utilitaires par exemple, ils sont présents dans le système d’info-divertissement via l’écran tactile, la connexion Bluetooth, les airbags, le freinage, les essuie-glaces, les clignotants, le GPS, le compteur, le système de verrouillage des portes ou encore dans les systèmes avancés d’aides à la conduite.

La pénurie de semi-conducteurs

Le marché des semi-conducteurs est complexe. L’innovation y tient une place importante dont la recherche et le développement représentent 12 à 18% du chiffre d’affaires des entreprises du secteur.  Face à la demande croissante, les capacités de production ne sont pas en mesure de s’adapter à court terme ce qui a engendré la pénurie que nous traversons actuellement.

La demande de semi-conducteurs a explosé à cause de la pandémie mondiale. En effet, l’univers informatique a vu ses ventes augmenter de près de 5% en 2020 par rapport à 2019, à l’échelle mondiale. Les raisons de cette forte demande sont le télétravail massif et la hausse des ventes des systèmes de divertissements pour s’occuper durant les confinements successifs, par exemple, Nintendo a vu ses ventes de Switch augmenter de 166% au premier trimestre 2020.

utilitaire penurie semi conducteur

Par conséquent, les besoins en semi-conducteurs ont été démultipliés au niveau global. Cette très forte demande a entraîné une pénurie de ces composants. Pour plusieurs secteurs, notamment l’informatique, l’automobile ou encore la téléphonie.

Cette pénurie révèle la forte dépendance des pays occidentaux aux usines asiatiques. En effet, seul 12% de la production mondiale de semi-conducteurs provient des États-Unis, et plus de 80% se fait en Asie. Intel, le géant américain de l’informatique a d’ailleurs annoncé l’ouverture de deux nouvelles usines de production, en Arizona, afin de reprendre la main sur le marché des puces électroniques et de développer l’autonomie des États-Unis en matière de production de semi-conducteurs. L’Europe parle de sa volonté d’être en capacité de produire localement ces composants.

Quelles conséquences pour les constructeurs automobiles ?

La production automobile et de véhicules utilitaires n’est donc pas épargnée. De nombreux constructeurs sont déjà contraints de moduler leur production de véhicules tels que Volkswagen, Renault ou encore Fiat. Seul Toyota semble s’en sortir, en effet, les conséquences de l’accident nucléaire Fukushima en 2011 lui ont appris à être plus prévoyant et à se prémunir contre ce type d’éventualité. Le constructeur japonais a un stock lui permettant de maintenir sa production au rythme actuel durant au moins 4 mois.

Selon l’entreprise américaine d’informations économiques IHS Markit, la production mondiale de véhicules se voit amputer de 670 000 unités pour le seul premier trimestre 2021.

En Europe, Renault a fermé 3 de ses 4 usines espagnoles pour une durée supérieure à un mois. En France, l’usine de Sandouville s’est arrêtée durant 2 jours. PSA ajuste aussi ses productions au jour le jour à Sochaux, Mulhouse et Rennes. Volkswagen parle d’une baisse de de production à hauteur de 100 000 véhicules. Fiat régule une seconde fois sa production dans ses usines brésiliennes en accordant une dizaine de jours de congés à 1900 de ses salariés. Aux États-Unis, Ford évalue le coût de cette pénurie à 2,5 milliards de dollars. 

Ces ralentissements entraînent des délais de livraison beaucoup plus longs qu’en temps normal. En effet, au lieu de produire des véhicules en quantité suffisante pour répondre à la demande de nos clients, les usines produisent en fonction des livraisons de leurs fournisseurs. Les composants électroniques manquant à l’appel, la production prend du retard et les clients voient les délais s’allonger entre le passage de leur commande et la livraison de leur véhicule.

utilitaire electronique-min

Une pénurie qui pourrait durer

L’an passé les usines étaient fermées pour cause de confinement. Les concessionnaires étant fermés, les usines n’avaient pas à produire de véhicules. Les fournisseurs de ces composants électroniques ont réorienté leurs marchandises vers les secteurs de l’informatique et de la téléphonie qui s'avèrent également plus rentables et donc prioritaires pour eux. Par ailleurs, dans les autres secteurs, la demande n’a pas non plus été anticipée correctement et l’explosion de cette dernière les fournisseurs ne sont pas en capacité de faire face à cette demande. Les secteurs dépendant de ces composants sont donc contraints de s’adapter aux flux de livraisons. 

Quand certains experts parlent de 6 mois, d'autres annoncent qu’un retour à la normal ne sera possible qu’en 2023. En effet, le plus gros producteur mondial Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) via son PDG CC Wei, estime que malgré ses 100 milliards de dollars d’investissement sur 3 ans afin d'accroître ses capacités de production, “l’approvisionnement en semi-conducteur sera limité jusqu’en 2023”. L’automobile ne représente que 4% de son chiffre d’affaires mais a augmenté de 31% par rapport au dernier trimestre 2020.

Les grands acteurs de ce domaine promettent du changement et des évolutions en termes de capacité de production, d’investissement et de politique, pour que ce genre de situation ne se répète plus.

Partager cet article

Twitter Facebook Partager sur linkedIn

A propos de l'auteur

Céline Faivre

Céline Faivre

Chargée de Communication chez Utilitaire Service Rennes - Paris

Ça pourrait aussi vous intéresser

  • En savoir plus

    utilitaire benne acier aluminium
    Le jeudi 16 septembre 2021

    Utilitaire benne : que choisir entre...

    Pour les acheteurs de bennes VUL, la charge utile de ce type de véhicule est devenue un critère...

  • En savoir plus

    Marquage publicitaire voiture
    Le mercredi 11 août 2021

    Personnalisation de véhicule...

    La personnalisation du véhicule utilitaire prend une place importante dans la décision...

  • En savoir plus

    technologie embarquee utilitaire
    Le mardi 6 juillet 2021

    Utilitaire connecté : les nouveaux...

    Souvent pointée du doigt comme une intrusion de la vie privée, l’informatique embarquée...